Voir les cavaliers galoper sur le dos de leurs chevaux semble si amusant qu’on a déjà tous eu envie de faire pareil, ne serait-ce qu’une fois dans notre vie. Cependant, il est important de savoir que la montée de cheval ou l’équitation s’apprend petit à petit et que sa pratique est suivie d’une discipline qu’il faut suivre. L’équitation peut être vue et pratiquée de différentes façons, car elle est à fois considérée comme un art, un loisir et parfois même un sport.

D’où provient l’équitation ?

L’histoire de l’équitation remonte depuis plusieurs siècles, plus précisément au septième siècle avant Jésus-Christ. Selon l’histoire, les chevaux auraient été domestiqués en Asie Centrale avant d’être importés en Asie Occidentale, en Chine, en Europe et en Afrique pendant les migrations des pasteurs nomades. À cette époque, les chevaux ont été utilisés pour la chasse, le portage, la guerre et la traction. Les montures n’avaient pas vraiment d’équipements à part un collier frein. C’est avec le temps que les cavaliers ont essayé de trouver un moyen efficace de conduire et de tenir fermement leur cheval, et c’est là que les équipements du cheval ont été inventés (selle à étrier, harnachement et mors). De nos jours, il existe des concours d’équitations. Cliquez ici pour plus d’informations juracheval.fr.

Comment apprendre à monter sur un cheval ?

Il existe des endroits où on peut apprendre l’équitation appelée le centre équestre. On peut y trouver plusieurs types de chevaux déjà dressés, prêts à être montés. Il est d’ailleurs conseillé d’apprendre sur un cheval déjà dressé, car monter sur un jeune cheval peut être risqué. Avant d’apprendre la montée, le cavalier et sa monture doivent apprendre à se faire confiance l’un l’autre. Pour ce faire, la marche est très efficace, marcher côte à côte doucement tout en tenant le cheval avec ses rênes. Une fois les deux parties connectées, la pratique de la montée peut commencer doucement. Elle devra se faire d’une manière progressive. Pour sa sécurité et son confort, le cheval a besoin : de selle, d’étrier, de tapis de selle, de rênes, de mors et d’enrênement. La selle est une petite pièce en cuir ou en synthétique qu’on place sur le dos du cheval, elle est utilisée par le chevalier pour s’y asseoir. Un tapis de selle est placé juste en dessous de la selle pour protéger la peau de l’animal contre les frottements. L’étrier est la pièce qui aide le chevalier à se tenir en équilibre sur le dos de sa monture, c’est un support avec lequel le chevalier doit y glisser ses pieds. Le cavalier se sert des rênes et du mors pour contrôler à la fois la vitesse et la direction de son cheval, le mors est placé sur le museau du cheval. Quant à l’enrênement, il empêche le cheval d’avoir une attitude peu commode. Ces équipements sont très importants surtout dans la pratique de sport équestre.

Quelles sont les règles de l’équitation ?

L’équitation est un sport et comme tous les autres. La pratique de l’équitation présente aussi des règles que chaque cavalier doit suivre lors des compétitions. Premièrement, il faut savoir que les règles utilisées dans les compétitions internationales sont toutes les mêmes, chaque compétition doit être suivie de trois épreuves : le saut d’obstacles, le dressage et le concours complet. La règle stipule aussi que les chevaux doivent être âgés de neuf ans minimum. Les jurys et les compétiteurs se communiquent grâce à une cloche pour signaler l’entrée dans l’arène, les interruptions ou les signalements si un candidat est éliminé. Des drapeaux de couleur blancs ou rouges sont utilisés pour signaler les obstacles tels que les virages obligatoires.