De nombreuses personnes ne sont pas amis du lactose, surtout les adultes. En grandissant, la quantité de lait à consommer baisse. Du fait de cette perte d’habitude, la sécrétion d’enzyme lactase diminue et l’intolérance au lactose commence. Heureusement, de bonnes alternatives ont été créées. Il est possible de pallier ce problème grâce aux compléments alimentaires spéciaux sur le marché. Ces derniers offrent de divers atouts et il y a beaucoup de raisons pour les choisir.

Compensation du manque en lactase

L’intolérance au lactose se manifeste généralement par des ballonnements, des nausées, de la diarrhée, etc. Elle se présente toujours après avoir bu du lait frais eu égard au lactose dont le sucre de ce produit. Pour son hydrolyse en glucose et galactose, l’enzyme lactase doit intervenir. C’est l’insuffisance de ce dernier qui engendre une difficulté. L’organisme n’arrive plus à secréter la quantité qu’il faut pour métaboliser le lactose ingéré.

Actuellement, il existe des compléments alimentaires convenables à cette situation. Ils sont commercialement appelés lactolérance. Ils sont composés de lactase et de ferments lactiques dans la plupart des cas. La lactase va combler le déficit et va agir sur le sucre du lait. Pourtant, il est important de savoir qu’elle ne rétablit pas la production d’enzyme par l’organisme. Elle facilite juste la digestion. Quant aux ferments lactiques, ce sont des bactéries utiles, qui participent également dans la synthèse de lactose. Spécialement, si vous souhaitez vous fournir en bons compléments alimentaires, vous pouvez en trouver en ligne en quelques clics seulement. Vous pouvez déjà visiter le site de www.lactolerance.fr pour voir plus d’informations.   

Pas de régime « sans lactose »

Il est toujours préconisé d’éviter les produits laitiers en cas d’intolérance au lactose, mais ce n’est pas totalement vrai. Le régime strictement « sans lactose » peut être résolu. Il est possible de manger de la nourriture qui en contient avec administration de compléments alimentaires. Ces gélules de lactase et de ferment lactique vont effectuer l’équilibrage. Vous allez donc devenir libre de consommer du lait ainsi que d’autres produits dérivés sans crainte. Vous n’avez plus besoin de lire l’étiquette si c’est « lactose free » ou non. Vous pouvez le mettre tout de suite dans votre panier votre choix. Toutefois, il ne faut pas en abuser. Ce n’est pas parce que vous consommer de la lactase supplémentaire que vous pouvez boire soudainement un demi-litre de lait par jour ou une grosse quantité de beurre. Il faut procéder petit à petit pour reprendre l’habitude. Relativement, cet enzyme connaît aussi une limite, elle peut digérer quelques doses de lactose seulement. Le mieux, c’est de consommer modérément.

Quelques conseils pratiques qui peuvent être utiles

Avant d’administrer des gélules contre l’intolérance au lactose, vous devez bien vous assurer qu’il s’agit d’une intolérance, mais pas d’une allergie aux protéines du lait. Dans cette dernière situation, vous devez adapter un autre traitement. Il est préférable de consulter un médecin. D’ailleurs, il ne suffit pas de prendre de la lactolérance avant le repas ou dîner. Il faut se renseigner sur la dose adéquate. Elle dépend de la gravité de votre cas. Si ce n’est pas encore sévère, un dosage plus faible sera idéal.

En revanche, si c’est une intolérance sérieuse, il est conseillé de choisir la forte dose, le 9 000 par exemple. Concernant, les produits laitiers ayant subi une transformation, vous pouvez les prendre. Notamment, le yaourt ou le fromage dur. Ces derniers renferment des milliards de ferments lactiques. De plus, leurs lactoses sont déjà convertis en acide lactique par les bactéries responsables et quelques traces y restent. Ils ne provoquent pas vraiment de grande manifestation. Il y a de même les repas lacto-fermentés comme la choucroute, les saucissons, les kimchi, etc. que vous pouvez privilégier sans souci pour profiter des ferments lactiques.