L’art n’a pas d’âge ni de barrière. Il n’y aura, donc, plus d’obstacles ou de difficultés pour les personnes âgées et handicapées, dans le système des musées civiques de la ville de Rome. Ceci grâce à l’initiative « Musées pour tous » née d’un protocole d’accord entre le département des politiques sociales de la ville de Rome et Zètema Progetto Cultura.

Qu’est-ce que le musée pour tous ?

Un voyage qui a commencé le 29 octobre 2008 et s’est achevé le 31 décembre 2009, avec la pleine collaboration du département des politiques culturelles et de la communication de la ville de Rome, de la surintendance des biens culturels et de Zètema.

Cet accord permet aux personnes âgées et handicapées de visiter gratuitement les musées municipaux tous les mercredis. Pour les personnes handicapées, il existe des moyens de transport spécifiques équipés. Les personnes âgées qui ont des difficultés à se rendre dans les musées disposeront d’un bus d’environ 50 places.

Les visiteurs pourront réserver les visites des musées programmées selon un calendrier défini, au numéro du Département des politiques sociales du Capitole. Quatre guides accompagneront les citoyens lors des visites des musées. En particulier, pour les personnes handicapées, le département a développé des programmes didactiques spécialisés, avec une attention particulière pour les aveugles.

L’offre est vaste et stimulante car de nombreux musées sont impliqués dans cet ambitieux projet : les Musei Capitolini avec leurs chefs-d’œuvre, la Centrale Montemartini, les Mercati di Traiano et le nouveau Museo dei Fori Imperiali avec leur charme et leur histoire, le Museo dell’Ara Pacis, le Museo di Roma au Palazzo Braschi qui raconte l’histoire de la ville, le Museo Napoleonico et ses collections, le Museo Carlo Bilotti, le Museo di Roma à Trastevere avec ses représentations de la vie romaine, les Musei di Villa Torlonia, le Museo Civico di Zoologia.

Les parcours seront concentrés, principalement, aux Musées du Capitole et au Mercati di Traiano Museo dei Fori Imperiali, qui sont, particulièrement, adaptés pour accueillir des initiatives de ce type.

Sveva Belviso Conseillère pour les politiques sociales de la municipalité de Rome

« Cette initiative agit sur deux fronts : faciliter l’accès aux musées pour les personnes âgées et les personnes handicapées et accroître les possibilités de socialisation grâce à des visites culturelles gratuites encadrées par du personnel spécialisé. La culture ne doit avoir aucune barrière, qu’elle soit physique ou sociale, et tous les citoyens doivent y avoir accès ».

Umberto Croppi Conseiller pour les politiques culturelles et la communication

« Une initiative importante qui voit dans la synergie la carte gagnante pour enrichir l’offre sur le territoire en la différenciant, selon les besoins. C’est aussi une confirmation de notre engagement à rendre la ville plus vivable et à mettre notre patrimoine culturel à la disposition de tous les citoyens, en le rendant plus facile à utiliser.

Umberto Broccoli Surintendant des biens culturels de la Ville de Rome

« Les murs tombent dans le monde, nous voyageons vers une société globale, tout va être sans limites et sans frontières. Les murs tombent, mais les barrières demeurent. Les barrières architecturales et mentales, strictement réservées à ceux que l’on appelle par euphémisme les « personnes à mobilité réduite ». Les barrières architecturales sont sérieuses : les barrières mentales sont plus graves et, parfois, presque inévitables. C’est pourquoi, aujourd’hui encore, nous utilisons le mot « différent » comme un mur/barrière infranchissable, car il est synonyme d’un mode de pensée vraiment différent. « L’art pour tous dans le système des musées civiques ». Dans le titre, l’objectif : « pour tous », le but ultime de ceux qui créent les musées. Penser à tout le monde, sans exclusive. Parce que, si la culture exclut et devient pour tous les autres, ce n’est pas de la culture, mais l’érudition de quelques-uns au profit d’autres, semblables à ces quelques-uns. Les enfants naturels des murs et des barrières ».

Francesco Marcolini Président de Zètema Progetto Cultura

« Je suis, particulièrement, heureux que le travail de Zètema vise à faire en sorte que les catégories les plus faibles puissent profiter pleinement de l’offre culturelle. Une fois de plus, la culture s’est déclarée comme un instrument de cohésion et de croissance civile. Et de cela, la ville de Rome peut être fière ».